Nos missions auprès des Seniors

Le chien est un facteur de motivation très efficace pour les personnes âgées fragilisées qui souffrent souvent de rupture des liens sociaux et d’isolement, même dans les institutions qui organisent de nombreuses activités.

Excellent initiateur de relation et inégalable générateur d’interactions, il apporte un réconfort affectif qui engendre le mieux-être des personnes qui établissent facilement le contact avec lui et avec l’intervenante en médiation animale.

La communication est alors établie spontanément, favorisant le langage et l’élocution, mais surtout le rétablissement du contact social, du lien avec le monde extérieur, souvent brisé lors de l’entrée en maison de repos. En effet, l’animal est toujours considéré comme « extérieur » à l’institution et leur rouvre donc une fenêtre sur autre chose que l’environnement dans lequel ils sont confinés.

Le travail effectué par le biais de la médiation animale permet de stimuler le potentiel cognitif, physique et psychologique : grâce aux exercices proposés et à l’incomparable motivation que représente l’animal, les personnes pourront améliorer locomotion, équilibre, coordination, motricité fine et adresse. Ils vont aussi améliorer l’expression, la mémoire, l’estime de soi et diminuer le stress et l'anxiété.

Dans les institutions, la médiation animale aura lieu soit en groupe dans un local approprié, soit individuellement (en chambre ou dans un petit salon), soit à la rencontre des personnes dans les unités de vie/cantous (pour les unités fermées ne disposant pas de local séparé).

Hors institution, le travail de médiation peut se dérouler lors de séances de motricité, d’ateliers mémoire ou d’autres activités proposées aux personnes âgées.

 

L'IAA en groupe

Elle se déroule de façon régulière (toutes les semaines, tous les 15 jours ou 1 fois par mois), avec les mêmes personnes et en groupe restreint (maximum 12 personnes ou max 10 personnes si celles-ci sont plus désorientées).

L’intervenante Carpe Canem effectue un travail suivi, varié et adapté aux personnes du groupe. Ce travail régulier autour d’une motivation commune - le chien - voit souvent naître de nouvelles amitiés, permet d’intégrer des personnes dans une activité stimulante et interactive alors qu’elles ne veulent plus participer à aucune autre. Certains participants s’encouragent les uns les autres, se conseillent, s’entraident. L’activité avec les chiens devient alors LE repère important dans la semaine.

De nombreuses institutions nous demandent des IAA pour deux groupes consécutifs regroupant des personnes de niveaux différents.

Occasionnellement, et en fonction de nos disponibilités, nous pouvons répondre à une demande d’IAA collective ponctuelle regroupant un plus grand nombre de personnes. Dans ce cas, l’activité est davantage récréative.

 

L'IAA individuelle

Les visites individuelles auprès des personnes âgées permettent de réaliser un travail plus personnalisé.

Elles s’adressent le plus souvent à des personnes ne voulant ou ne pouvant plus (parce qu'alitées) sortir de leur chambre ou à des personnes pour lesquelles une activité de groupe est bien trop fatigante. Elles se déroulent généralement après une activité de groupe.

Elles peuvent aussi, souvent à la demande de la famille, s’effectuer sous forme d’accompagnement de la personne, lors duquel l’intervenante, accompagnée de son chien, pourra partir en promenade avec elle (le chien motive énormément la marche), faire travailler la mémoire (exercices, évocation de souvenirs liés aux animaux,…), lui faire la lecture avec le chien blotti contre elle, l’aider à franchir une étape difficile de la vie, telle que l’entrée en maison de repos, par exemple.

 

L'IAA en unité de vie/Cantou

Avec le développement des unités de vie et cantous (dédiés aux personnes souffrant de troubles neuro-cognitifs souvent aigus), nous sommes de plus en plus souvent sollicitées pour aller à la rencontre des personnes très désorientées qui, en fonction de leur humeur et leur état de santé du jour, seront plus ou moins  « réceptives ».

Dans ce type d’unité, la présence du chien interpelle souvent les résidents qui parfois même n’aimaient pas les chiens avant leur maladie. Avec certains, cette rencontre dure quelques instants fugaces tandis qu’avec d’autres, elle peut durer de longs moments de contact, de partage et d’échange verbal ou non.